Comme l’ensemble du monde de la santé, les transports médicaux sont de plus en plus impactés par le numérique. Découverte de ces nouveaux modes de transports qui émergent.

Aujourd’hui le monde de la santé poursuit sa transformation numérique, que cela soit au niveau des établissements de santé, des praticiens, des industriels ou des patients. A l’instar des autres domaines de la santé, le monde des transports médicaux connaît ces dernières années une véritable révolution technologique avec l’émergence de nouvelles solutions pour optimiser le transport de personnes ou la livraison de produits de santé. Voici un tour d’horizon de cette mutation observée.

Optimisation de la gestion des transports sanitaires

Le secteur des transports sanitaires représente aujourd’hui 5 000 sociétés auxquelles viennent s’ajouter les 35 000 taxis conventionnés habilités à effectuer de type de courses(1). Face à cet éclatement, établissements et patients ont parfois du mal à s’y retrouver.

La régulation des transports sanitaires est donc un enjeu majeur aujourd’hui. Pour gagner en efficacité et réduire les dépenses, des solutions digitales simples sont déployées pour simplifier le processus de réservation et de suivi des commandes.

A titre d’exemple, la start up rennaise Ambuliz propose une solution globale disposant de trois fonctionnalités principales : une plateforme de gestion des transports intégrée à l’établissement de santé, une application de gestion des courses côté́ transporteur, un service de réservation et de suivi pour le patient.

Crédit : Ambuliz

D’autres acteurs tentent d’optimiser ces transports sanitaires via le numérique comme Ambler un service permettant de gérer, via une plateforme en ligne, les transferts de patients entre hôpitaux, qui ont fait l’objet d’une réforme renvoyant les dépenses de transferts inter-hospitaliers vers le budget des établissements.

Uber a également compris ce besoin en lançant aux Etats-Unis Uber Health permettant aux établissements médicaux de commander une course pour leurs patients. A travers cette solution Uber propose notamment une planification flexible des trajets (de quelques heures avant jusqu’à 30 jours), un accès pour les patients sans smartphone ni compte Uber et une conformité HIPAA (Health Insurance Portability and Accountability Act).

A noter que pendant la crise du covid-19, Uber a lancé le service Uber Medics (notamment en France) permettant au personnel de santé de se déplacer à des conditions avantageuses (réduction de 25% sur les courses).

Les drones au service de la livraison

Les premières expérimentations de livraison par drones aériens ont commencé dans le domaine médical. Pourquoi l’utilisation de drones ? Plusieurs raisons dont les principales sont la rapidité et la qualité du moyen de transport. Les produits santé (échantillons de sang, organes, etc.) sont des produits qu’il faut livrer en urgence, en respectant un délai fixé et sous température contrôlée. Un retard de livraison ou un écart de quelques degrés peuvent rendre le produit complètement inutilisable pour une analyse ou une opération chirurgicale. C’est pourquoi un drone équipé d’un packaging isotherme, exclusivement dédié aux transports santé et pouvant voler en ligne droite, sans contraintes de trafic est un véritable atout.

On observe différents cas usages pour accompagner les acteurs de santé.

Un service pour la biologie médicale

La logistique des prélèvements médicaux est un enjeu important de la biologie médicale. Les drones en biologie médicale apparaissent comme une nouvelle solution de transports permettant notamment :

  • d’offrir un service d’urgence 24h/24, 7j/7
  • de simplifier les transports en s’affranchissant des embouteillages dans les mégapoles saturées.
  • de mieux desservir des sites isolés ou éloignés
  • de gagner du temps notamment dans le cadre de transport d’organes

Par exemple depuis 2017 la Poste Suisse expérimente la livraison par drones entre hôpitaux sur de courtes distances (3 à 5km). UPS a également testé aux Etats-Unis en Caroline du Nord la livraison d’échantillons médicaux. Selon les premiers retours du directeur du centre hospitalier, ce mode de transports réduit les coûts et améliore l’accès aux soins aux différentes communautés.

Crédit : UPS

En France, un premier pilote de livraison santé par drones par le consortium aquitain Drones For Life a été mené en 2016 avec le CHU de Bordeaux.

Pour information, Cerba HealthCare et The Drone Office ont publié un livre blanc en 2019 qui analyse les enjeux et défis des drones en support de la logistique des prélèvements en biologie médicale.

Desservir des déserts médicaux ou zones isolées

Aujourd’hui les transports autonomes comme les drones apparaissent comme une solution pour desservir en produits de santé des zones isolées ou de désertifications médicales.

A titre d’exemple, l’Unicef soutient des projets de livraison par drone de poches de sang, de matériel médical et de vaccins dans les pays où les infrastructures sont défaillantes ou inexistantes (Rwanda et Ghana).

Les drones ont également été utilisés au cours de catastrophes naturelles pour transporter des kits de survie ou produits médicaux afin de soutenir les populations.

Le futur de la livraison de médicament ?

La mise en place de couloir aérien dédié aux drones en zone urbaine va également favoriser le transport de médicaments et offrir de nouvelles possibilités de services notamment pour les pharmacies, groupements et grossistes. Aux Etats-Unis, UPS a noué un partenariat avec le groupe CVS Pharmacy pour la livraison de médicaments dans un premier temps à des établissements de santé ou maisons de retraite.

Sur ce sujet, les GAFAM restent en embuscade avec plusieurs projets initiés comme Google avec son Project Wing, qui a testé la livraison de produits de santé en Australie et en Virginie aux Etats-Unis ou Amazon et sa flotte Prime Air qui a mené des expérimentations en zone urbaine au Royaume-Uni.

Emergence des véhicules autonomes

Les véhicules autonomes, comme les navettes ou voitures, apportent un certain nombre d’avantages, notamment pour la livraison de produits médicaux : pas de mobilisation de personnel, transport sécurisé (détection des obstacles, vitesse limitée…) ou amélioration des transports sur site. Des expérimentations ont lieu actuellement aux Etats-Unis notamment avec des navettes autonomes.

L’utilisation de navettes autonomes permet de limiter les interactions avec les échantillons ou prélèvements médicaux et de les transporter rapidement à travers un centre hospitalier ou différents établissements sans réquisitionner du personnel médical. Ces navettes facilitent également le transport de patient à l’intérieur d’un centre hospitalier.

Nous avons pu observer aux Etats-Unis pendant cette crise sanitaire, le déploiement de navettes autonomes Navya qui réalisaient quotidiennement des aller-retour dans le centre médical Mayo Clinic en Floride afin de transporter des tests de dépistage du Covid-19, en évitant de mobiliser du personnel.


La technologie bouleverse le monde des transports et inévitablement les transports médicaux. Du transport de personnes aux médicaments, en passant par les prélèvements médicaux ou les organes dans le cas de greffe, le digital bouleverse de plus en plus ce secteur. Dans les prochains mois des solutions aujourd’hui en expérimentation, comme les drones ou véhicules autonomes, se généraliseront pour apporter de nouveaux services aux patients et établissements de santé.

(1) Source : Ambuliz, 2018

Rémy Teston
Expert e-santé
Buzz E-santé