“Tendances pour les innovations en santé”

“Tendances pour les innovations en santé”

 

Le 16 janvier s’est déroulé notre 6e Café HealthTech consacré aux tendances pour les innovations en santé. Retour sur ce petit-déjeuner conférence animé de débats et d’échanges.

L’innovation en santé était à l’honneur en ce début d’année. C’est sur le thème « Tendances 2019 : à quoi s’attendre en matière de développement des entreprises (start-up en santé) ? » que la saison 2019 des Café Health Tech a été lancée.

Pour débattre de ce sujet des tendances de l’innovation en santé et des investissements à l’occasion du Café Health Tech du 16 janvier dernier, Techtomed a invité le Rosalie Maurisse, Directrice Innovation Santé à BPI France et Jean-Marc Bourez Directeur Général France EIT Health.[/vc_column_text]

[/vc_row]

Regard sur le Consumer Electronic Show (CES)

Le grand rendez-vous annuel de l’innovation, le Consumer Electronic Show (CES) vient de s’achever avec une avalanche d’innovations. Une forte délégation française était présente (412 entreprises dont 349 startups) avec de nombreuses start-up dans le domaine de la santé sous la bannière de la French Tech.

Rosalie Maurisse souligne « l’importance pour les start-up françaises de se confronter aux écosystèmes internationaux » lors de ces évènements. « Elles se rendent sur ce type d’évènement avec deux objectifs principaux : se faire connaître et identifier les besoins des investisseurs, des industriels » indique-t-elle. « Il est important pour nous à BPI France de les accompagner ».

« D’autres évènements importants sont à suivre comme la conférence JP Morgan consacrée au Biotech, qui s’est déroulée également début janvier aux Etats-Unis. Entre 150 et 200 entreprises françaises y étaient présentes. C’est important d’être présent pour voir les industriels, voir les investisseurs », ajoute-t-elle.

« Il s’agit de deux évènements phares pour pouvoir se développer et faire de la communication » conclue-t-elle.

EIT Health : un consortium au service de l’innovation

 

EIT Health est « une organisation consortium pan européenne, basé sur des partenariats privés et qui regroupent de nombreux acteurs du monde de la santé : industriels, instituts de recherche, universités, living labs, clusters d’innovation, pôle de compétitivité, incubateurs et accélérateurs. Tout cet écosystème a été choisi pour constituer des nœuds géographiques européens d’excellence dans le domaine de la santé et du vieillissement » indique Jean-Marc Bourez.

« Les différents EIT Health repose sur différents principes : concentration géographique, excellence, connecter les écosystèmes territoriaux entre eux pour constituer des « MIT Like » dans toute l’Europe » ajoute-t-il.

EIT Health regroupe donc des acteurs du monde de la santé, « les meilleurs dans leur domaine, pour collaborer ensemble sur des activités que EIT Health va financer pour accélérer le développement de l’innovation et la mise sur le marché dans le domaine de la santé et du vieillissement. »

Les objectifs du EIT Health sont triples :

  • Renforcer les systèmes de santé en Europe
  • Promouvoir une meilleure santé des citoyens
  • Contribuer à une économie de la santé durable en Europe
IMG_2709

Le rôle de BPI France

 

« BPI France est une banque publique pour accompagner l’innovation en France. Sur le domaine de la santé on dispose environ de 200 millions d’euros pour accompagner entre 400 et 500 projets d’innovation (R&D des entreprises). On accompagne aussi les entreprises dans l’investissement. On a des fonds d’investissement pour entrer dans le capital d’entreprises, environ 100 millions par an » Indique Rosalie Maurisse.

« En 2019, BPI va faire un focus sur ce que l’on appelle « Deep Tech », c’est-à-dire des entreprises issues de laboratoires académiques, qui développement des technologies souvent brevetées. On va véritablement accompagner ce développement de création de start-up sur toute la compétence que l’on a en France au sein des laboratoires » poursuit-elle.

« La philosophie de BPI France est vraiment d’accompagner les entreprises, avec des chargés d’affaires partout en France. On accompagne toutes les entreprises, on ne se focalise pas sur un domaine ou une technologie » ajoute-t-elle.

Toutefois la BPI encourage le développement de start-up dans des domaines où il y a de la demande mais un faible écosystème d’innovation comme la bioproduction ou l’antibiorésistance.

La donnée au cœur des enjeux

Parmi les grandes tendances de l’innovation en santé, le sujet de la donnée de santé émerge comme un enjeu central pour le développement du numérique en santé en France.

« Beaucoup d’entreprise travaille sur la donnée de santé, notamment via l’intelligence artificielle » confirme Rosalie Maurisse. De nombreuses questions se posent autour de cette donnée de santé : quel jeu de données utilisé ? Comment les annoter ? Comment les récupérer ?

Le Health Data Hub, en cours de création, pourra répondre à ces enjeux. « Nous travaillons avec le Health Data Hub qui a pour vocation d’aider la structuration des données de santé en France. On a en France une base de données intéressantes mais que l’on n’arrive pas à développer, avec des difficultés d’accès pour les entreprises » indique Rosalie Maurisse.

C’est aussi une volonté pour EIT Health de développer ce type d’approche dans toute l’Europe « pour permettre aux start-up, aux acteurs académiques et industriels d’accéder à ces données dans des modèles clairs où l’on a la garantie d’accéder à des données structurées, propres, utilisables et exploitables pour accélérer le développement de leurs algorithmes » indique Jean-Marc Bourez.

Aujourd’hui, de nombreuses start-up achètent des jeux de données aux Etats-Unis, faute d’une structuration et d’un accès simplifié de ces données en France. Derrière ce sujet, il y a également celui de la valorisation de la donnée. « En France, on ne sait pas valoriser les données. C’est un frein identifié pour le développement des entreprises qui utilisent l’intelligence artificielle en santé » souligne Rosalie Maurisse.

Jean-Marc Bourez confirme que la data est au cœur des projets soumis à l’EIT Health : « on voit des projets émergés avec des secteurs très en pointe sur la data comme l’imagerie médicale ou la génomique ou le sujet des données médico-économiques ».

IMG_2710
IMG_2737
IMG_2700

Tendances centrées sur l’intelligence artificielle

Le thème de l’intelligence artificielle prend une place de plus en plus importante dans le domaine de la santé. Cette nouvelle technologie se déploie aujourd’hui dans de nombreux formats dans le monde de la santé : supercalculateurs pour prédire une pathologie ou aider au diagnostic, médecine de précision, agents conversationnels (chatbots), assistants vocaux…

« Les sujets autour de l’intelligence artificielle sont des tendances très fortes que l’on observe au sein du EIT Health » indique Jean-Marc Bourez.

Sur le sujet de l’imagerie médicale par exemple, les radiologues Français ont compris l’apport de l’intelligence artificielle dans leur pratique en se dotant d’un écosystème national en Intelligence artificielle. Elle apporte une véritable aide à la pratique du radiologue : gain de temps, plus d’informations et de précisions dans l’analyse des images, aide au diagnostic…

« Aujourd’hui la bataille de l’IA n’est pas sur les algorithmes mais sur les données » indique Rosalie Maurisse.

Evidemment, comme pour tous les autres domaines du numérique en santé, se pose la question de l’évaluation scientifique des solutions. L’EMEA en a pris conscience comme l’a indiqué Jean-Marc Bourez : « ils sont de plus en plus gêné sur la question des solutions intégrées qui mixent de la technologie et du médicament et qui pose la question de la validité des algorithmes au sens sensibilité, spécificité, reproductivité, variabilité… ».

Cette question de l’évaluation et de la validation des dispositifs e-santé sur les aspects scientifique, gestion des données, sécurité est centrale. Cependant la régulation en France et en Europe n’est pas aujourd’hui adaptée, ce qui pose un véritable frein au déploiement et à l’accès de ces solutions, comme le souligne Franck Le Meur en conclusion : « Aujourd’hui les autorités de régulation ne sont pas encore en capacité de valider ces solutions d’un point de vue scientifique, juridique ni de mesurer l’impact santé ou l’impact économique ».

De nombreuses innovations à venir dans un monde de la santé en perpétuel évolution !

Rémy Teston

Expert e-santé
Buzz E-santé

En partenariat avec

Logo-Buzzesante-500